St Joseph à l’honneur

C’est le jour anniversaire de la fête de Saint Joseph, parrain de la structure

C’est en 1936 que la famille Ecomart, propriétaire du château, de nombreuses fermes à Lassérrade et de la biscuiterie Nantaise, avait offert un vaste domaine de deux hectares situé au lieu-dit Verdier, à Plaisance, à la congrégation des « sœurs du bon et perpétuel secours », basée à Nice, pour créer un hospice, placé sous la protection de Saint-Joseph, à même d’accueillir et soigner les miséreux du territoire.

Cette philosophie de départ avait perduré longtemps avec une totale implication personnelle des religieuses sublimées par celle qui en était la pionnière, Sœur Gertrude.

Peu à peu les choses ont évolué, la commune de Plaisance s’est impliquée pour, en partenariat permettre, l’agrandissement la modernisation des bâtiments,puis par la suite le Département.

Un conseil d’administration regroupant religieuses et civils a été fondé, présidé par la Mère Supérieure de la congrégation qui conserve la totale propriété de la structure.

L’hospice de départ est devenu peu à peu Ephad Cité Saint-Joseph et, tous les ans, fête son saint patron, le 19 mars.

La journée a débuté par la traditionnelle messe célébrée par le prêtre de la paroisse de Plaisance aidé par les abbés de la résidence.

A l’issue de la messe, une procession s’est rendue à la statue de Saint Joseph pour lui rendre l’hommage habituel.

De retour à l’intérieur, suivait le verre de l’amitié accompagné par la chorale de la paroisse.

Une centaine de personnes ont dégusté un bon repas préparé par le cuisinier de la cité Romuald, comme à l’accoutumée, il n’a pas failli à sa réputation.

Une décoration printanière ornait les tables, elle avait été préparée depuis plusieurs semaines par les résidents et Violette, l’animatrice.

Cette journée de la Saint-Joseph s’est terminée en musique avec le groupe de Tarbes « Les Mirlitons » qui interprétaient des airs de refrains très connus des résidents.

Semaine bleue

Rencontre intergénérationnelle

à la « Cité Saint-Joseph »

Lundi 8 octobre à la maison de retraite « Cité Saint-Joseph » de Plaisance une rencontre intergénérationnelle était organisée dans le cadre de « La Semaine Bleue ».

.Les représentants du conseil départemental du Gers, Mme Séverine Savag  Mr Gérard Castet conseiller départemental sont venus à la Cité Saint Joseph pour participer à un groupe de paroles organisé pour la semaine bleu sur le thème de l’écologie.

Un groupe de résidents accompagnés d’élèves de 4° et de 3°  leur principal Mr Cédric Carasco, leurs professeurs, l’agent de maintenance, qui ont participé au concours de la Classe Energie tous très engagés sur la protection de la nature.

ont débattu sur les moyens de sauvegarder la planète, sur les gestes qui existent pour le tri  des déchets et d’autres sujets écologiques.

La matinée c’est clôturée autour d’un repas partagé, ce jour-là, l’Angleterre était mise en valeur à l’occasion de la semaine du goût à la « Cité ».

Tous les participants ont passé un grand moment convivial et de partage.

L’objectif de ces échanges est de favoriser les liens sociaux permettant de maintenir les fonctions cognitives des anciens en quelque sorte, de mettre en avant les retraités et les personnes âgées, d’informer aussi et de sensibiliser le grand public aux problématiques rencontrées par les anciens, présents en maisons de retraite ou pas.

Violette responsable du service animation de l’Ehpad Plaisantine accompagnait son directeur Francis Delord, depuis quelques années déjà celui-ci était à l’initiative de ces rencontres intergénérationnelles,

Elles avaient permis à des résidents de la cité de visiter le collège, et réciproquement les visites des collégiens à la « Cité » permettent à certains élèves de découvrir une tranche d’âge de plus en plus rare dans les familles même en milieu rural.

 

Article: M Lavedan et Violette (Journal du Gers)

 

 

Une nouvelle animatrice à Saint-Joseph

La maison de retraite Saint-Joseph, à Plaisance, Violette, une nouvelle animatrice est arrivée cet été.

Ravie de faire partie de l’équipe de l’établissement, elle propose aux résidents des activités ludiques, conviviales et des sorties en ville, voire plus loin, pour leur plaisir.

Violette vit avec son temps car elle a aussi créé un groupe Facebook, intitulé « CitéSaintJosephPlaisance », qui retrace la vie quotidienne dans l’Ehpad et évoque les animations qui y sont organisées.

Appel aux dons

Un appel aux dons est également lancé : l’établissement fait appel à la générosité d’ici ou d’ailleurs, car pour les activités proposées aux résidents, la maison de retraite a besoin de pelotes de laine, de livres, de romans, de puzzles pour enfants, de bocaux en verre ou encore de lots pour le loto.

 

Article sud ouest du 28 .08.18 :M Lavedan

Objectif « un salarié pour un résident »

L’EHPAD Cité St Joseph de Plaisance n’était pas le seule ce mardi 30 janvier à manifester son mécontentement. Les syndicats et la direction appelaient à un mouvement au sein de l’établissement, soutenu par des résidents et leur famille, informés des raisons de ce mouvement.

L’ensemble des professionnels souhaitent montrer à l’opinion publique que la souffrance du personnel, et par là même des personnes âgées et leur famille n’est plus acceptable.

L’objectif exprimé par Dominique de Villepin en 2006 dans le « Plan Grand Age » de l’époque, d’atteindre « un salarié pour un résident » doit, dès maintenant, être mis en place.

A la Cité, le Directeur a évalué le montant qu’il faudrait pour atteindre cet objectif. Actuellement, le prix de journée est de 118 € par personne et par jour. Le résident participe pour 60 €. Pour arriver à 1 salarié pour 1 résident, l’établissement devrait avoir un prix de journée de 150 €. Bien sûr, ce ne doit pas être au résident à payer la différence. Le mouvement demande que ce soit la solidarité nationale qui participe à l’effort, comme la CSG ou ce fameux jour de solidarité, qui rappelons-le, n’est pas entièrement consacrée aux personnes âgées. Ce montant de 150 € est à comparer aux 250 € que reçoivent en moyenne les établissements accueillant des personnes handicapées. Ce n’est donc pas inatteignable.

Alors, pour nos ainés, soyons tous concernés, car nous avons tous dans nos familles une personne en âge d’aller en maison de retraite.