La maîtresse d’école fête ses 100 ans

Fille de Mr et Mme Philibert, née à Pouydraguin, le 26 Novembre 1919, elle commence ses études dans son village natale jusqu’au certificat d’études, ensuite Fernande part à Plaisance au cours complémentaire et tente le concours d’entrée à l’école normale. Concours qu’elle réussit et, à la suite duquel, elle reste à Tarbes de 1938 à 1941.

Fernande se marie avec Robert le 3 août 1943. Elle sera successivement institutrice à Viella, Ladevèze-ville, Beaumarchés et ensuite, à Plaisance, jusqu’à sa retraite en 1975.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Une sympathique réception a été organisée, mardi après-midi, à l’EHPAD. Les résidents ont été invités à partager le goûter d’anniversaire de Fernande Richelle, qui fêtait ses 100 ans en présence de sa famille, du directeur de l’établissement, des enfants de l’école Olleris, ainsi que de ses anciens élèves.

Les enfants accompagnés de la directrice, Nicole Pion, ont chanté en l’honneur de Fernande et, à l’unisson, ils ont terminé avec le traditionnel « Joyeux anniversaire » en plusieurs langues.

Un peu plus tard, elle a reçu les honneurs deGérard Castet, maire de Beaumarchés, lui-même ancien élève de Madame Richelle, moment d’émotion quand ce dernier lui a remis la médaille d’honneur de la ville de Beaumarchés. Alain Lagors, l’historien de Plaisance, a retracé son riche parcours et  l’ancien maire, Raymond Dulin, de Pouydraguin, son village natal, est venu à cet anniversaire avec, en main, son acte de naissance du 26 novembre 1919.

Encore une fois, ils étaient très nombreux dans la salle de la Cité Saint Joseph pour lui témoigner leur affection et leur amitié.

Avec tous ses invités, Fernande a trinqué à ses cent printemps, sur les paroles de «Bon anniversaire» entonnées par toute l’assistance.

Carnaval à la Cité St Joseph

Carnaval fêté en premier lieu, puis brûlé devant les écoliers à Saint-Joseph

Jeudi matin 18 avril était une matinée joyeuse et festive pour les cent quatre-vingt élèves du groupe scolaire Olléris ( 123 en élémentaire et 57 en maternelle) qui fêtaient carnaval.

Pas de crayons ni de cahiers ce matin-là, mais le souci de bien se grimer, de bien se masquer, d’enfiler aussi un costume à même de rendre méconnaissable celle ou celui qui le porte.

Des 9 h 30, tout était prêt, le cortège des jeunes enfants, bien encadré par les enseignantes, les agents territoriaux spécialisés des écoles maternelles (Atsem), et les parents d’élèves, partait pour la traditionnelle visité du marché de Plaisance avec pour tous des sourires de satisfaction sur le visage.

Une petite pause avait lieu sur le parvis de l’église avant le départ vers la maison de retraite Cité Saint-Joseph pour la cérémonie de sacrifice de l’effigie de Carnaval que les pensionnaires du lieu avaient confectionnée.

Deux gendarmes de Plaisance avaient assuré la sécurité lors du passage de la rue Adour.

A la cité, les pensionnaires avaient pris place pour voir, et écouter les enfants chanter en occitan.

Puis arrivait le rituel final quand l’effigie de Carnaval était installée sur un bûcher auquel le pompier de service mettait le feu sous les applaudissements de tous.

Il ne restait plus qu’à regagner sagement l’école pour après le repas de midi reprendre le cours normal de l’activité scolaire. 

Article Marcel Lavedan (Journal du Gers)

Hommage à Jean Louis Quereillhac

Un hommage a  été rendu à Mr Jean-Louis Quereilhac , par la congrégation des religieuses de Notre Dame du Bon Perpétuel Secours , en compagnie du bureau d’administration. Un moment de recueillement et de souvenir pour commémorer la personnalité de Jean-Louis Quereilhac qui tout au long de sa carrière de maire puis de conseiller général a toujours œuvré pour notre maison de retraite et cela depuis sa création.

Biographie

Né à Plaisance, Jean-Louis Quéreillhac travaille la terre. Lors de la Seconde Guerre mondiale, il est envoyé au STO en Allemagne. À son retour, il reprend sa condition de paysan, d’abord fermier du domaine du Couloumé, puis céréalier et éleveur. En 1947, il entre au conseil municipal de Plaisance-du-Gers, où il exercera ses mandats successifs de conseiller, puis de maire et conseiller général, pendant plus de quarante ans. Il tire de ses expériences la matière de livres J’étais STO (France-Empire, 1958), Untel maire (prix Scarron 1962). Par ailleurs, il écrit des romans qui reflètent aussi son vécu de paysan (La Moiss-batt, 1967). En 1972, il fonde avec Jean Robinet l’Association des écrivains paysans qui regroupe des auteurs du monde rural.

 

La cité st Joseph sera toujours reconnaissante à notre voisin et ami « Jean Louis »

Œuvres

  • Trois sillons de terre rouge, De Borée, collection Romans et récits du terroir, 2008, prix Louis-Malassis 2008.
  • Le Meunier sans moulin, Cheminements, collection Gens d’ici, 2006
  • Meuniers et moulins au temps jadis, avec Marcel Gouzenne, France-Empire, 1987, coll. Si 1900 m’était conté.
  • Paroles de Maire, Cheminements, coll. Gens d’ici, 2002.
  • Mémoires de la déportation du travail en Allemagne nazie, Atlantica, 1998.

Le groupe scolaire Olléris inauguré lors d’une soirée portes ouvertes

Vendredi la foule était donc nombreuse intergénérationnelle même avec la présence de pensionnaires de Saint-Joseph, dont deux ex enseignantes Mmes Laffite directrice au Couloumé et Richelle qui avait effectué une grande partie de sa carrière comme enseignante puis directrice de cette école Olléris , leur présence était tout un symbole. Les enfants ont chanté en Occitan et Français avec leurs enseignantes, les parents ont applaudi puis sont allés visiter les classes de leurs enfants avant de partager quelques douceurs.

Soeurs de Charité de Notre Dame du Bon et Perpétuel Secours

Un site internet pour découvrir l’historique et la vie de la congrégation

Des Sœurs de Charité de Notre Dame du Bon et Perpétuel Secours

 

 

Une nouvelle animatrice à Saint-Joseph

La maison de retraite Saint-Joseph, à Plaisance, Violette, une nouvelle animatrice est arrivée cet été.

Ravie de faire partie de l’équipe de l’établissement, elle propose aux résidents des activités ludiques, conviviales et des sorties en ville, voire plus loin, pour leur plaisir.

Violette vit avec son temps car elle a aussi créé un groupe Facebook, intitulé « CitéSaintJosephPlaisance », qui retrace la vie quotidienne dans l’Ehpad et évoque les animations qui y sont organisées.

Appel aux dons

Un appel aux dons est également lancé : l’établissement fait appel à la générosité d’ici ou d’ailleurs, car pour les activités proposées aux résidents, la maison de retraite a besoin de pelotes de laine, de livres, de romans, de puzzles pour enfants, de bocaux en verre ou encore de lots pour le loto.

 

Article sud ouest du 28 .08.18 :M Lavedan

Une retraite bien méritée

Linda Dubos prend sa retraite

 

Après avoir passé trente-six ans et huit mois aux cuisines de la maison de retraite Cité Saint-Joseph de Plaisance, Linda Dubos goûte à une retraire bien méritée depuis la fin de l’année.

Retraite qu’elle partagera quelque peu avec ses trois filles et ses six petits-enfants répartis entre Cahuzac son village Beaumarchès et Plaisance.

Linda, c’est sourire et bonne humeur garantis, toujours un mot gentil pour les résidents.

Après une si longue présence à la Cité, elle faisait presque partie des « meubles ». Elle sera regrettée par tout le monde

Bonne année 2018 à Linda et bonne retraite également

Article Marcel Lavedan