Les animaux et la personne âgée.

Pour une personne du grand âge, quitter le domicile où elle a passé parfois toute sa vie constitue toujours une rupture qu’il faut atténuer. Le maintien du maximum d’habitudes et de repères antérieurs, la poursuite de ses activités préférées, la possibilité de se recréer un « chez-soi » dans un univers collectif en amenant du mobilier personnel, voire son animal préféré, s’avèrent essentiels pour la réussite d’une entrée et d’un séjour en maison de retraite. La possibilité d’amener son animal de compagnie permet à la Personne Agée de s’obliger à des activités, d’être encore utile, de garder des repères et une relation affective dans sa vie quotidienne, bref de lutter contre la perte d’autonomie et le goût de vivre. L’animal l’oblige à demeurer altruiste et à s’ouvrir vers l’extérieur.

Il demeure un précieux sujet d’intérêt et de conversation avec autrui. Il faut le faire manger, le sortir, assurer quotidiennement certains soins et ne pas oublier les rendez-vous chez le vétérinaire. Une relation particulière s’établit entre les Personnes Agées et leurs animaux de compagnie car ils sont souvent les derniers êtres vivants qui les aiment au quotidien. Qu’ils soient communs ou personnels, les animaux pallient un déficit affectif omniprésent à l’automne et à la fin de la vie. Leur présence peut avoir des résultats spectaculaires sur les personnes les plus prostrées qui sortent de leur létargie à la seule vue de ces compagnons de l’être humain. Si les animaux apportent d’indéniables bienfaits à nos Aînés à domicile comme en institution, ils peuvent être aussi à l’origine d’inconvénients et de conflits. Mais la Vie n’est-elle pas faite aussi de conflits avec son entourage ? Dans un univers collectif, l’essentiel est surtout d’exister et de ne pas être seulement objet de soins. Il faut être attentif aux perturbations que les animaux peuvent générer, notamment pour des raisons d’hygiène et de voisinage. Surtout en collectivité, les animaux souffrent souvent de suralimentation, de nombreuses personnes les sollicitant fréquemment à manger.


Des spécialistes ont constaté les bienfaits suivants liés à la présence d’animaux :

  • elle permet de lutter efficacement contre la solitude et le stress,
  • elle stimule émotionnellement les personnes les plus vulnérables, atteintes notamment de déficits cognitifs et de la maladie d’Alzheimer,
  • elle crée des liens affectifs bénéfiques pour tous,
  • elle maintient ou rétablit le sentiment d’utilité,
  • elle est vecteur de relations sociales,
  • elle procure un sentiment de sécurité et favorise l’estime de soi,
  • elle structure la vie quotidienne des Personnes Agées par les activités qu’elle exige,
  • elle maintient l’indépendance de la personne et ralentit sa perte d’autonomie.

Des études ont démontré également que :

  • fixer un poisson dans un aquarium pendant 3 minutes diminue la tension artérielle,
  • la présence d’animaux favorise la reprise de poids d’une personne du grand âge,
  • la compagnie d’animaux diminue l’agressivité des Personnes Agées.

Voilà plus de 30 ans que la Cité Saint Joseph a commencé à favoriser la relation de ses résidents avec le monde animal par la présence d’animaux communs ou élevés dans une mini-ferme. Ses logements, majoritairement de plain-pied, et ses grands espaces verts lui ont permis cette présence et l’accueil d’animaux domestiques personnels après une période d’essai. Il faut bien convenir que cela n’est pas toujours possible en institution et qu’une architecture spécifique

doit être pensée pour cet accueil quand elle est possible. La conception actuelle de structures sur le seul modèle hospitalier, avec des « chambres de malades » standard, fonctionnelles et bien équipées certes, mais prévues seulement pour le soin mais non pour y vivre durant un séjour de plusieurs mois ou années, autorise rarement l’accueil d’animaux de compagnie. L’application stricte de normes de plus en plus contraignantes, liées à l’hébergement d’une population âgée très vulnérable, ne favorise pas la présence d’animaux. Les maisons de retraite acceptant les animaux de compagnie sont hélas encore peu nombreuses.


Le 28 mai 2013, des journalistes de TF1 étaient présents pour préparer un JT sur les animaux
Une journaliste et un caméraman de TF1 sont venus rencontrer le directeur Francis DELOR et l’animateur Thierry GUIRAUD pour préparer un extrait du journal télévisé de 13h présenté par le très connu Jean-Pierre PERNAUT.
Cette édition du JT avait pour thème l’accueil et la présence d’animaux dans des établissements hébergeant des Personnes Agées (EHPAD). Les « vedettes » de cette émission ont été le chien d’Irène et Charles-Etienne PINON puis les oiseaux de Régine PRATAVIERA qui ont suivi et vivent avec leurs maîtres à la Cité St Joseph, établissement accueillant les animaux de compagnie.